jeudi 26 juillet 2012

le grand saut


J’allais mettre comme titre de ce message "la der des der", mais chacun aurait pu croire que je faisais ENCORE le coup du dernier message sur le blog. En fait cela signifiait "la dernière nav en Norvège" puisque j’envisage de profiter d'une "fenêtre météo" pour un saut direct sur les Shetlands à partir de Kristiansund,  Cela fait grosso modo la même distance que la traversée aller de Hartlepool à Tananger et cela m’évite de contourner le Stadt longuement évoqué lors de la route nord. Et cela m'évite surtout de tirer des bords pour faire route plein sud, c'est à dire vent à 100% dans le nez. Rien n’est tout à fait joué puisque de toute façon au départ je longe la côte et qu'une étape à Alesund est toujours possible. Et en espérant que la prévision à 4 ou 5 jours en mers du Nord et de Norvège est raisonnablement fiable : ni trop de calmes, ni de coup de vent.

De toute façon j’ai donc très probablement fais mes dernières folies dans un vinmonopolet, en l’occurrence celui de Kristiansund.

Une dernière photo (peut être) de Norvège, scène assez typique, inconnue en France, mais aperçue ici seulement depuis que les plaisanciers locaux daignent naviguer : les tables sur les pontons.

 
Ceci ressemble fort à de grands moments de convivialité alors que je clame depuis le départ que si les norvégiens sont serviables, ils ne sont pas avenants. En fait la grande majorité des bateaux de plaisances ici sont des vedettes à moteur et qui se déplacent en hordes, à l’instar des motards. C’est donc une convivialité intra-horde.  A quelques exceptions près, les seuls plaisanciers avec qui j'ai discuté au delà du "merci-bonjour" sont .... des français et un allemand.

Bref si tout se passe comme prévu, 3 ou 4 jours de pleine mer (j'aurais donc tout le loisir de dormir). Je vais affaler définitivement le pavillon de courtoisie norvégien. Encore un peu tôt pour faire un bilan de ce périple. Je ne retournerais en terrain connu que lorsque j'atteindrais l’Écosse, côte ouest ou est selon les vents. A partir de là je pourrais jouer les blasés. 

Je mettrais très probablement un message à mon arrivée aux Shetlands, mais je vous ferais grâce des photos de plateformes.

A titre de post-scriptum : finalement je suis passé sous le fameux pont de 16 m, non sans une certaine dose d'adrénaline! Au moins maintenant je suis fixé..... mais pas sûr d'avoir de nouveau l'occasion de retrouver des ponts ou lignes électriques de ce tirant d'air...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire